logo
bg footer bg footer

Découvrez l’édition limitée
de la Box été

Je découvre

Bienvenue sur le site des Conseils Pharma de Léa

logo
logo
form-mobile form-mobile form-mobile form-mobile
form-mobile
thumbnail

Les suppléments de collagène : bonne ou mauvaise idée ?

Il y'a 3 mois

Dans cet article je vais vous parler du collagène, de ses fonctions, ses spécificités, et si la supplémentation est intéressante ou pas.

La popularité des suppléments de collagène s’est considérablement développée ces dernières années. On retrouve d’ailleurs des substituts du collagène dans une multitude de produits, allant des compléments alimentaires aux barres de protéines.

Ce que beaucoup ignorent, c’est que le collagène est naturellement présent dans notre organisme. Il s’agit même de la protéine la plus abondante du corps humain !

Cette protéine structurelle a un rôle majeur pour la peau, les os, les muscles et les tendons. De nombreux spécialistes du sport et de la nutraceutique invoquent les bienfaits supposés des substituts du collagène.

– amélioration de la qualité de la peau,

– réduction des douleurs articulaires,

– soutien à la perte de poids,

– optimisation des performances sportives

la liste est longue !

Mais qu’en est-il d’un point de vue scientifique et médical ? Ces allégations sont-elles fondées ou incarnent-elles de fausses promesses ? Peut-on retrouver les effets du collagène par le biais d’autres substances ?

Dans cet article, j’aborderai les particularités du collagène, ainsi que ses effets bénéfiques sur la santé. Par ailleurs, je vous expliquerai le métabolisme du collagène, ainsi que les potentiels effets secondaires des suppléments de collagène. Parce qu’effectivement, il faut garder à l’esprit que ces sources exogènes de collagène ne sont pas sans risque pour notre santé.

Bonne lecture !

leaf

Qu’est-ce que le collagène ?

Le collagène est la protéine la plus abondante du corps humain. Sa structure lui confère des propriétés particulièrement intéressantes.

 

Le rôle du collagène, protéine structurelle du corps humain

Cette protéine représente le principal composant de la matrice extracellulaire (MEC), substance située à l’interface de nos cellules. Également appelée ciment intercellulaire, la MEC est un assemblage de macromolécules, parmi lesquelles les protéoglycanes, les glycoprotéines de structure et les protéines fibreuses. Ces dernières sont au nombre de trois : l’élastine, la fibronectine et bien sûr, le collagène. Cette matrice lie un ensemble de cellules similaires ou non, pour les organiser en tissu. Ainsi, tous les tissus du corps humain comportent une MEC.

Cette protéine structurelle possède plusieurs fonctions au sein des tissus :

  • soutien mécanique (résistance aux étirements et à la compression des tissus) ;
  • remplissage des espaces interstitiels (entre les cellules) ;
  • élimination des déchets toxiques et régulation des échanges entre cellules ;
  • régénération des tissus (différenciation, migration et prolifération des cellules).

La structure du collagène

Le collagène est une protéine fibreuse qui se compose de trois chaînes, elles-mêmes formées par une succession d’acides aminés (constituants des protéines). Sa composition en acides aminés est spécifique : on retrouve majoritairement la glycine, la proline et l’hydroxyproline.

Les trois chaînes protéiques prennent la forme d’une triple hélice très serrée, au point de ressembler à des bâtonnets, appelés tropocollagènes. Ces derniers sont ensuite regroupés en fibrilles ou en fibres de collagène, selon les tissus. Les fibres de collagène sont particulièrement résistantes à la traction, on pourrait même les comparer à une armature non extensible. [1]

Les différents types de collagène

Dans le corps humain, on retrouve le collagène dans tous les tissus qui ont besoin d’une relative rigidité :

  • la peau ;
  • les tendons ;
  • les ligaments ;
  • les cartilages ;
  • les tissus osseux ;
  • les muscles ;
  • les tissus conjonctifs.

💡 Le collagène compte pour près de 30 % des protéines totales du corps !

Pas moins de 29 types de collagène ont été identifiés en fonction de leur structure, leur fonction et leur localisation. [2]

Dans cet article, je n’évoquerai que les trois principaux.

Collagène de type I

Indispensable au fonctionnement du corps, le collagène de type I est le plus largement représenté au sein des tissus (90 %). On le retrouve dans les tendons, dans les ligaments, dans les os et même dans le tube digestif.

En effet, le collagène permet de soutenir et de renforcer la muqueuse intestinale. En préservant l’intégrité de celle-ci, il limite le passage de particules indésirables dans le sang. Également appelé syndrome de l’intestin perméable, ce phénomène peut provoquer des inflammations chroniques.

Au niveau de la peau et plus spécifiquement du derme, le collagène de type I apporte souplesse et fermeté. Par ailleurs, il favorise la cicatrisation.

Collagène de type II

Principale protéine structurale du cartilage, le collagène de type II est essentiel au bon fonctionnement de vos articulations.

Collagène de type III

Il s’agit du composant majeur des muscles et de la paroi des vaisseaux sanguins. En outre, il confère à la peau son élasticité et sa fermeté, en association avec le type I. [3]

Dégradation du collagène dans le corps

Le métabolisme du collagène correspond à l’ensemble des réactions biochimiques subies par cette protéine. Lorsque le collagène termine son cycle de vie, il est dégradé par une enzyme appartenant à la famille des métalloprotéases matricielles (MMP), la collagénase. [4]

Cette enzyme réside dans les tissus, le plus souvent sous forme inactive. Ces protéases, nommées ainsi parce qu’elles dégradent les protéines, jouent un rôle crucial dans le renouvellement des tissus et des organes. Au bout de quelques années, le collagène vieillit et sa qualité décroit.

Aujourd’hui, le vieillissement cutané est une véritable préoccupation pour de nombreuses personnes, notamment au sein de la gent féminine, quel que soit l’âge. C’est notamment pour cette raison que l’utilisation des compléments alimentaires explose. Depuis quelques années, les suppléments de collagène sont extrêmement plébiscités, notamment sur les réseaux sociaux. Sont-ils vraiment bénéfiques ? Leur succès est-il légitime ? Dans quel contexte, et à quelle fréquence ?

leaf

Quel est l’intérêt des suppléments de collagène ?

Nous disposons d’un capital collagène, un peu semblable au capital soleil, que nous connaissons tous. Dès la vingtaine, notre capacité à synthétiser le collagène réduit d’environ 1,5 % par an. Sa concentration diminue progressivement, ce qui entraîne une dégénérescence progressive des tissus conjonctifs. Ce phénomène aboutit au vieillissement cutané, à la fragilisation des os et des articulations, ainsi qu’à une perte musculaire.

🔎 La dégradation du collagène atteint 30 % à 40 ans, 45 % à 50 ans, 60 % à 60 ans et frôle les 75 % après 80 ans. Le collagène joue donc un rôle crucial dans le vieillissement corporel !

En outre, de nombreux facteurs environnementaux peuvent accélérer la destruction du collagène. On peut citer l’exposition solaire répétée, l’excès de sucres raffinés, le tabac, l’alcool, voire le sport intensif.

Rides ou ridules, relâchement cutané, vergetures, douleurs et raideurs articulaires, blessures : autant de signes évocateurs d’une baisse de la qualité du collagène. Comment déjouer, sinon ralentir ce mécanisme ?

Les sources naturelles de collagène

De nombreux aliments sont particulièrement riches en collagène :

  • Les viandes (volaille, bœuf, porc, etc.) composées de muscles et de tissus conjonctifs.
  • Le blanc d’œuf et le poisson, très riches en acides aminés (lysine et glycine).
  • Les algues (dont la spiruline) qui contiennent des nutriments essentiels à la production de collagène.
  • Certains fruits et légumes (agrumes, kiwi, fraise et poivron) sont des sources de vitamine C, cofacteur indispensable à la production de collagène. Son action antioxydante permet également de lutter contre le stress oxydatif.
  • Les aliments riches en zinc et en soufre, autres cofacteurs nécessaires à la synthèse de collagène. L’ail, le brocoli ou les oignons contiennent du soufre, tandis que le zinc est présent dans les légumineuses, les noix, les champignons ou le tofu.

🍜 Un bol de bouillon de poule constitue une excellente source naturelle de collagène. En laissant mijoter les os pendant plusieurs heures, ils se dissolvent, ce qui permet la libération de nutriments et minéraux. Découvrez la recette ici.

Les compléments alimentaires à base de collagène

Pour que vos apports en collagène soient optimaux, les substituts en collagène représentent une bonne alternative. La plupart de ces suppléments sont à base de gélatine d’origine animale. Il existe également des substituts de collagène fabriqués à partir de sous-produits de poisson (écailles, peau, os, etc.).

Les substituts de collagène se présentent sous forme hydrolysée, c’est-à-dire qu’ils ne sont composés que de 2 ou 3 acides aminés, pour une meilleure absorption. Sachez qu’il n’est pas indispensable de consommer directement du collagène par le biais des aliments ou de suppléments.

En effet, l’organisme est capable de dégrader les molécules pour les transformer en acides aminés, lesquels seront ensuite réutilisés pour la synthèse de son propre collagène. Peu importe votre source de protéines (produits laitiers ou carnés, légumineuses, etc.), celle-ci vous permettra de bénéficier des acides aminés nécessaires. [5]

⚠️ Les sources exogènes (provenant de l’extérieur) de collagène ne sont pas adaptées aux régimes végans. Les aliments ou suppléments de collagène proviennent en majorité de

Gardez également à l’esprit que votre corps est le seul décideur de l’issue de la dégradation de vos aliments ou compléments alimentaires. Nul ne peut déterminer en amont si les peptides hydrolysés seront utilisés pour une fonction donnée (fabrication de collagène par exemple). C’est votre organisme qui fixe les priorités selon ses besoins.

leaf

Quels sont les bienfaits des suppléments de collagène ?

La supplémentation en collagène a été largement étudiée sur le plan scientifique, bien plus que l’apport naturel en collagène, c’est-à-dire à travers notre alimentation. De nombreuses études scientifiques reconnaissent les effets de la supplémentation en collagène, en matière d’efficacité et de bénéfices sur la santé.

Santé de la peau et suppléments de collagène

Sur le plan dermatologique, les suppléments de collagène favorisent l’élasticité et l’hydratation de la peau. Leur action permettrait en outre de diminuer la profondeur des rides, de favoriser la cicatrisation des plaies et de ralentir le vieillissement cutané.

Une cure orale en collagène hydrolysé, à la dose de 3 g/j pendant 90 jours, serait efficace pour réduire le vieillissement de la peau.

Fait important, cette supplémentation en collagène serait sans risque pour la santé. Aucun effet indésirable n’a été signalé au cours des études réalisées. [6] [7] [8]

Impact du collagène sur le confort articulaire

L’âge et l’activité physique usent nos articulations au niveau du cou, de la colonne vertébrale, des doigts, des hanches, des genoux ou des chevilles. Les premiers signes de l’arthrose peuvent apparaître entre 40 et 50 ans.

Une supplémentation en collagène permettrait d’améliorer la santé et le fonctionnement de nos articulations. Les études scientifiques ont montré que les substituts contribuent à diminuer la raideur articulaire ainsi que la douleur associée. En soulageant les symptômes liés à l’arthrose, les substituts soutiennent la fonction physique.

Au niveau des tendons, la supplémentation permet de synthétiser de nouvelles fibres, permettant une récupération optimale en cas de tendinite. Le collagène représente 65 à 80 % du poids sec des tendons, ce qui leur confère une bonne résistance aux contraintes (impact, cisaillement, etc.). Cette protéine joue donc un rôle essentiel dans le maintien de l’intégrité des tendons et limite les risques de blessures liés à une pratique sportive. [9] [10] [11]

Performance sportive et supplémentation en collagène

Une supplémentation en collagène, associée à la prise de vitamine C, peut accélérer la récupération post-entraînement ainsi que la guérison des lésions musculosquelettiques. Elle peut donc être intéressante à mettre en place en cas de blessure.

Un essai clinique de 24 semaines a montré une nette amélioration des douleurs articulaires dans le groupe d’athlètes supplémentés avec 10 g d’hydrolysat de collagène. Les bienfaits des substituts sont donc indéniables pour la santé de nos articulations, notamment pour les sportifs. [12] [13]

🏋🏽 Il est recommandé de prendre 10 à 15 g d’hydrolysat de collagène avec 50 mg de vitamine C dans l’heure qui précède un entraînement physique.

En effet, une prise régulière de collagène contribue à préserver et à maintenir l’intégrité des muscles et des structures articulaires.

Bénéfices du collagène pour la santé osseuse

Au sein du tissu osseux, les ostéoblastes, cellules spécialisées, fabriquent le collagène en formant des lamelles, lesquelles confèrent leur résistance aux os. Sur le long terme, les os deviennent fragiles et résistent moins bien aux chocs ou aux surpressions. Chez les femmes, la ménopause conduit à un déficit en œstrogènes, lequel se caractérise par une perte de densité minérale osseuse : c’est l’ostéoporose.

Des investigations chez les rongeurs, associées à des expériences in vitro, ont suggéré une action des peptides de collagène spécifiques (SCP) sur les os. Ainsi, ces peptides influenceraient la formation osseuse et la densité minérale osseuse (DMO).

Une autre étude a permis de déterminer l’effet d’une prise régulière de collagène sur les femmes ménopausées. L’administration orale quotidienne de 5 g de SPC pendant 12 mois a été comparée à celle d’un placebo sur deux groupes de femmes. Le résultat est sans équivoque : chez les femmes supplémentées en peptides de collagène, la perte de DMO liée à l’âge a été réduite. Certains marqueurs osseux ont notamment révélé une augmentation de la formation osseuse associée à une réduction de la dégradation osseuse. [14]

Confort digestif et collagène

Le collagène améliore la santé digestive en renforçant la paroi de l’intestin grêle (renouvellement des entérocytes). Il permet également d’améliorer la qualité du mucus, ce qui préserve l’intégrité de la muqueuse.

Des études ont montré que la supplémentation en collagène contribue à réduire l’inflammation de l’intestin et améliore donc la santé digestive. [15]

leaf

Les suppléments de collagène présentent-ils des risques pour la santé ?

Bien que les études citées précédemment montrent les bienfaits du collagène, la consommation de suppléments n’est pas sans risque.

Effets indésirables dus aux substituts de collagène

Les compléments alimentaires les plus répandus proviennent du bovin ou du poisson. La dose généralement préconisée est de 3 à 10 grammes de collagène par jour, en fonction des indications et des pathologies rencontrées.

La posologie doit être adaptée à chaque personne, dans le respect des préconisations d’utilisation du complément choisi. Adaptez votre prise quotidienne aux différentes formules de substituts de collagène.

Il faut savoir que le poids moléculaire des extraits entiers de collagène est trop important pour être absorbé par la muqueuse digestive. Pour contourner cette difficulté, les fabricants pratiquent une hydrolyse du collagène natif, afin de le découper en peptides.

Bien que les substituts de collagène soient généralement bien tolérés, certaines personnes peuvent rencontrer des effets secondaires mineurs, tels que des troubles digestifs (ballonnements).

⚠️ Attention, selon la source de collagène utilisée, un risque d’allergie existe pour les individus sensibles aux allergènes alimentaires (poisson, crustacés, œufs, etc.).

Bien choisir vos suppléments de collagène

  1. La qualité avant tout !

Avant toute chose, assurez-vous de choisir du collagène hydrolysé en peptides bioactifs. Ces derniers ont une meilleure biodisponibilité, permettant de les assimiler beaucoup plus rapidement. [16] Le poids moléculaire du produit doit se situer entre 2000 et 6000 daltons.

Pour ce qui est de l’origine du substitut de collagène, qu’elle soit bovine ou marine, l’essentiel est qu’il respecte la réglementation européenne en vigueur. Les normes autour de la pureté du collagène sont assez strictes.

Certains collagènes sont brevetés, comme les peptides de collagène Peptan® ou Naticol®. Privilégiez les produits ayant subi une hydrolyse douce (plus qualitative), réalisée sans solvant organique ni additif. Le substitut de collagène peut être associé à la vitamine C, pour une meilleure efficacité.

  1. Une action ciblée ou globale ?

Une fois dans votre organisme, les peptides hydrolysés pourront former indifféremment tous les types de collagène, et agir sur un plan global.

Il existe cependant une exception : le collagène UC-II (voir encadré ci-dessous). Ce dernier possède une action ciblée (articulaire) puisqu’il ne pénètre pas dans la circulation sanguine.

👨🏻🔬 Le produit Cartil UC-II® (Nutrixeal) est un extrait de collagène de type II, breveté et non hydrolysé, c’est-à-dire non dénaturé. Son efficacité a été testée dans le cadre d’essais cliniques — en particulier à Harvard — sur des sportifs en bonne santé. En réduisant l’inflammation, il agit sur le confort articulaire. Il est recommandé chez les personnes souffrant de rhumatismes, d’arthrose ou d’arthrite, ou chez les sportifs présentant des douleurs à l’effort. [17] [18] [19] [20] [21]

  1. Régimes alimentaires et suppléments de collagène : est-ce compatible ?

Pour les végétariens à la recherche d’une action spécifique sur la peau, il existe un complément alimentaire issu de la membrane d’œuf. Le brevet Ovoderm® propose des gélules de collagène naturel végétarien, dosées à 300 mg, comme la marque Dynveo. Ces produits sont intéressants, car la membrane d’œuf est naturellement riche en collagène, en élastine et en acide hyaluronique, très bénéfiques pour la peau.

Pour une action ciblée sur la santé articulaire, les végétariens peuvent se tourner vers le brevet Ovomet®. Les produits tels que l’OvoCartil® de chez Nutrixeal contiennent une combinaison naturelle de collagène et d’élastine de membrane d’œuf. Chaque gélule de 300 mg contient également d’autres molécules intéressantes (acide hyaluronique, lysozyme, glucosamine, chondroïtine, acides aminés soufrés…).

Pour les régimes végans, l’unique alternative possible reste la supplémentation en glycine (laboratoire Nutrixeal), en association avec la vitamine C.

👉🏻 Vous l’avez constaté, les suppléments de collagène sont particulièrement intéressants pour leurs actions ciblées (sur la peau, les articulations…). En outre, ils le sont également pour la santé dans son ensemble (système digestif, performances sportives, etc.). Sans risque pour la santé, ils doivent cependant être adaptés aux profils des utilisateurs, ainsi qu’à leur régime alimentaire. En effet, la plupart d’entre eux ne sont pas adaptés aux végétariens, encore moins aux personnes véganes, qui devront trouver des alternatives.

J’espère vous avoir apporté davantage de clarté à propos de ces compléments alimentaires et de leur efficacité.

Prenez soin de vous 🍀

 

Sources bibliographiques

[1]León-López A, Morales-Peñaloza A, Martínez-Juárez VM, Vargas-Torres A, Zeugolis DI, Aguirre-Álvarez G. Sources et applications de collagène hydrolysé. Molécules. 2019 doi : 10.3390/molecules24224031.

[2]Sorushanova A, Delgado LM, Wu Z, Shologu N, Kshirsagar A, Raghunath R. et al. La suprafamille du collagène : de la biosynthèse au développement avancé de biomatériaux. Adv Mater. 2019 ; 31:e 1801651

[3]Heino J. The collagen family members as cell adhesion proteins. Bioessays. 2007 Oct ; 29 (10)

[4]Cohen M, Meisser A, Bischof P. Metalloproteinases and Human Placental Invasiveness. Placenta. 2006 ; 27:783-93

[5]Paxton JZ, Grover LM, Baar K. Ingénierie d’un modèle in vitro d’un ligament fonctionnel d’os à os. Tissue Eng Partie A. 2010 ; 16 (11):3515–3525. doi : 10.1089/ten.TEA.2010.0039.

[6]García-Coronado JM, Martínez-Olvera L, Elizondo-Omaña RE, Acosta-Olivo CA, Vilchez-Cavazos F, Simental-Mendía LE, Simental-Mendía M. Effect of collagen supplementation on osteoarthritis symptoms: a meta-analysis of randomized placebo-controlled trials. Int Orthop. 2019 Mar;43(3):531-538. doi: 10.1007/s00264-018-4211-5. Epub 2018 Oct 27. PMID: 30368550.

[7]Miranda RB, Weimer P, Rossi RC. Effects of hydrolyzed collagen supplementation on skin aging: a systematic review and meta-analysis. Int J Dermatol. 2021 Dec;60(12):1449-1461. doi: 10.1111/ijd.15518. Epub 2021 Mar 20. PMID: 33742704.

[8]Choi FD, Sung CT, Juhasz ML, Mesinkovsk NA. Oral Collagen Supplementation: A Systematic Review of Dermatological Applications. J Drugs Dermatol. 2019 Jan 1 ;18 (1):9-16. PMID: 30681787.

[9]Khatri M, Naughton RJ, Clifford T, Harper LD, Corr L. The effects of collagen peptide supplementation on body composition, collagen synthesis, and recovery from joint injury and exercise: a systematic review. Amino Acids. 2021 Oct ;53 (10):1493-1506. doi: 10.1007/s00726-021-03072-x. Epub 2021 Sep 7. PMID: 34491424 ; PMCID: PMC8521576.

[10]Goes RA, Lopes LR, Cossich VRA, de Miranda VAR, Coelho ON, do Carmo Bastos R, Perini JA. Blessures musculo-squelettiques chez les athlètes de cinq modalités : une étude transversale. Trouble musculosquelettique BMC. 2020 ; 21 (1):122. doi : 10.1186/s12891-020-3141-8

[11]García-Coronado JM, Martínez-Olvera L, Elizondo-Omaña RE, Acosta-Olivo CA, Vilchez-Cavazos F, Simental-Mendía LE, Simental-Mendía M. Effect of collagen supplementation on osteoarthritis symptoms: a meta-analysis of randomized placebo-controlled trials. Int Orthop. 2019 Mar;43(3):531-538. doi: 10.1007/s00264-018-4211-5. Epub 2018 Oct 27. PMID: 30368550.

[12]Shaw G, Lee-Barthel A, Ross ML, Wang B, Baar K. Vitamin C-enriched gelatin supplementation before intermittent activity augments collagen synthesis. Am J Clin Nutr. 2017 Jan ;105 (1):136-143. doi: 10.3945/ajcn.116.138594. Epub 2016 Nov 16. PMID: 27852613; PMCID: PMC5183725.

[13]Clark KL, Sebastianelli W, Flechsenhar KR, Aukermann DF, Meza F, Millard RL, Deitch JR, Sherbondy PS, Albert A. 24-Week study on the use of collagen hydrolysate as a dietary supplement in athletes with activity-related joint pain. Curr Med Res Opin. 2008 May ;24 (5):1485-96. doi: 10.1185/030079908×291967. Epub 2008 Apr 15. PMID: 18416885.

[14]König D, Oesser S, Scharla S, Zdzieblik D, Gollhofer A. Specific Collagen Peptides Improve Bone Mineral Density and Bone Markers in Postmenopausal Women-A Randomized Controlled Study. Nutrients. 2018 Jan 16 ;10 (1):97. doi: 10.3390/nu10010097. PMID: 29337906; PMCID: PMC5793325.

[15]Chen Q, Chen O, Martins IM, Hou H, Zhao X, Blumberg JB, Li B. Collagen peptides ameliorate intestinal epithelial barrier dysfunction in immunostimulatory Caco-2 cell monolayers via enhancing tight junctions. Food Funct. 2017 Mar 22;8(3):1144-1151. doi: 10.1039/c6fo01347c. PMID: 28174772.

[16]Khatri M, Naughton RJ, Clifford T, Harper LD, Corr L. The effects of collagen peptide supplementation on body composition, collagen synthesis, and recovery from joint injury and exercise: a systematic review. Amino Acids. 2021 Oct ;53 (10):1493-1506. doi: 10.1007/s00726-021-03072-x. Epub 2021 Sep 7. PMID: 34491424; PMCID: PMC8521576.

[17]Lugo JP, Saiyed ZM, Lane NE. Efficacy and tolerability of an undenatured type II collagen supplement in modulating knee osteoarthritis symptoms: a multicenter randomized, double-blind, placebo-controlled study. Nutr J. 2016 Jan 29;15:14. doi: 10.1186/s12937-016-0130-8. PMID: 26822714; PMCID: PMC4731911.

[18]Deparle LA, Gupta RC, Canerdy TD, Goad JT, D’Altilio M, Bagchi M, Bagchi D. Efficacy and safety of glycosylated undenatured type-II collagen (UC-II) in therapy of arthritic dogs. J Vet Pharmacol Ther. 2005 Aug;28(4):385-90. doi: 10.1111/j.1365-2885.2005.00668.x. PMID: 16050819.

[19]Marone PA, Lau FC, Gupta RC, Bagchi M, Bagchi D. Safety and toxicological evaluation of undenatured type II collagen. Toxicol Mech Methods. 2010 May ;20 (4):175-89. doi: 10.3109/15376511003646440. PMID: 20170336.

[20]Crowley DC, Lau FC, Sharma P, Evans M, Guthrie N, Bagchi M, Bagchi D, Dey DK, Raychaudhuri SP. Safety and efficacy of undenatured type II collagen in the treatment of osteoarthritis of the knee: a clinical trial. Int J Med Sci. 2009 Oct 9 ;6 (6):312-21. doi: 10.7150/ijms.6.312. PMID: 19847319; PMCID: PMC2764342.

[21]Lugo JP, Saiyed ZM, Lau FC, Molina JP, Pakdaman MN, Shamie AN, Udani JK. Undenatured type II collagen (UC-II®) for joint support: a randomized, double-blind, placebo-controlled study in healthy volunteers. J Int Soc Sports Nutr. 2013 Oct 24 ;10 (1):48. doi: 10.1186/1550-2783-10-48. PMID: 24153020; PMCID: PMC4015808.

NEWSLETTER

Pour garder contact

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter et ne manquez plus aucune actualité, offre exclusive et conseils personnalisés.

Media Instagram Media Instagram Media Instagram Media Instagram Media Instagram Media Instagram